Cristina, grande spécialiste italienne de la mode, et toute en rondeurs

Nous voici à Prato, petite ville située à 15km de Florence et capitale du textile et de la confection italienne. Une activité et un dynamisme incroyable ! Ici, tout n’a pas été tué par les importations asiatiques, au contraire, ce sont les Chinois qui sont venus s’y installer. Ils occupent maintenant tout un quartier de la zone industrielle de Prato et produisent localement tous les modèles d’entrée de gamme. Les entreprises italiennes donnent l’impression d’une activité florissante.

Cristina sera notre guide pour visiter cette région. Mais qui est Cristina ? Une belle femme sympathique, dynamique, qui a beaucoup investi sa vie professionnelle sur le textile et qui est arrivée à ce qu’elle cherchait: être indépendante et faire ce qui lui plaît. Après une vie professionnelle très active chez les autres, Cristina est devenue à son compte consultante en approvisionnements textiles.

« Ca ne s’est pas fait tout seul, nous confie-t-elle dans un français parfait (à côté de l’italien, sa langue maternelle, elle parle aussi espagnol, portugais, allemand et anglais). J’étais à l’université et on m’a fait une offre super intéressante pour aller travailler à Londres puis à Dublin dans une grande société de mode. C’était une chance incroyable et j’ai sauté dessus, même si mon père n’était pas tout-à-fait d’accord. Mais enfin, après, il a vite compris que j’avais eu raison. »

« Je n’avais que 22 ans et j’étais assistante acheteuse, mais très vite, un nouveau coup de chance : une place se libère et je deviens acheteuse pour un groupe de 100 magasins pour de la mode basique. Je fais cela jusqu’à 28 ans et je décide de rentrer en Italie, toujours dans le domaine de la mode. Et, dans la foulée, je me marie. »

« Alors, que pouvez-vous nous dire de la mode en grande taille en Italie ? «  Vous savez, nous avons plusieurs chaînes spécialisées qui ont beaucoup de succès, Oltre pour les femmes modernes, Fiorella Rubino pour les « femmes-femmes », et bien sûr Max Mara dans le très haut de gamme. Nous avons pas mal de femmes rondes ici, et les Italiens aiment bien cela.

«  Pourtant, je pense que les gens, ici comme chez vous, jugent beaucoup sur le physique. Il faut donc assumer son excédent de poids lorsqu’il existe, ce qui n’est pas toujours évident parce qu’il ne se place pas toujours au meilleur endroit. Donc, il faut que les vêtements aident, et en Italie, nous sommes relativement gâtées de ce point de vue.

«  Moi-même, je fais du 48 français (en Italie du 54), donc je suis au cœur du problème. Comme je suis très active, avec beaucoup de relations publiques,  j’ai besoin d’un style chic et confortable. En plus, je travaille beaucoup, j’ai peu de temps à moi et je déteste repasser. Alors, j’ai créé mon style, et c’est un style « froissé ». Par exemple, j’adore porter du lin : c’est tellement confortable en été, dans une région comme la Toscane, où il fait particulièrement chaud.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont marqués (requis):

Back to Top